Lettre ouverte à Monsieur Eric Besson

Publié le par PR


Je viens de signer cette lettre ouverte à Monsieur Besson. Une pétition est ouverte aux citoyens et aux organisations depuis le mois d'octobre il me semble et je vous suggère d'y jetter un coup d'oeil.

Ce qui se passe en France est grave, ce qui se passe dans les centres de rétention est une abomination et la proposition du Ministre de l'Expulsion la rendra pire. Le gouvernement souhaite exclure la société civile des centres de rétention et la mission d'aide et d'assistance juridique qui incombait à la CIMADE, tout comme sa fonction de témoin, sera réduite à néant. Les nouvelles règles limitent les interventions des organisations choisies, selon des appels d'offres repartis par lots, à une simple information des rétenus, produisant par là même une inégalité d'accès sur le territoire aux règles du droit.

Au pays des droits de l'homme, les droits des étrangers sont en régression, outre la suspicion et la prison avant l'expulsion, on leur enlève l'aide qui leur permettait de se défendre et de suivre les démarches administratives et juridiques pour se protéger de l'arbitraire.

La volonté d'expulsion, les quotas fixés à la police et aux services de l'Etat amènent à des situations dramatiques, telles la mise en prison pour étrangers (officiellement appelées centre de rétention ou zone de rétention) de familles entières et plus récemment d'enfants isolés âgés de 5 et 12 ans.

Aujourd'hui, comme à d'autres époques, l'immigration et l'étranger sont utilisés à des fins politiques et électorales. Au mépris de la réalité on fait croire aux Français que le pays est envahi par des  masses d'immigrés, alors que l'immigration du travail a été stoppé au milieu des années soixante dix, le regroupement familial devient presqu'impossible tant sont infranchissables les obstacles administratifs et autre fabriqués par notre Etat. Et surtout n'ayez pas la mauvaise idée de tomber amoureux à l'Etranger  ou d'un étranger (ou alors choisissez bien) et de vouloir vous marier et vivre heureux sur le territoire français, vous êtes d'ores et déjà suspect!

Pour ce qui est des demandeurs d'asile, le nombre de ceux qui arrivent à obtenir le statut ne cesse de diminuer. Un avocat menacé dans son pays pour avoir crée et travaillé dans une association à but humanitaire, avoir dénoncé les agissements de membres de  son gouvernement,  avoir reçu des menaces, reçoit une OQTF (obligation de quitter le territoire français) après avoir vu sa demande d'asile refusé. Mais on veut bien de temps à autre accueillir un dictateur ou l'autre, voir des anciens Farc....

Enfin, la création d'un ministère de l'identité nationale est un acte éminnement politique qui instaure désormais une stigmatisation accrue des étrangers et elle a pour moi, française d'origine étrangère, une connotation nauséabonde. Comme si l'identité nationale était immuable, figée. Quelle identité nationale? Celle de 1789? Celle de 1870? Celle de 1940? C'est quoi votre identité nationale? Et la mienne? Un pays en mouvement qui s'enrichi au fil des siècles par des mouvements de populations a une identité multiple qui évolue et qui constitue sa richesse. Au lendemain de la création du ministère, huits universitaires de la cité nationale de l'histoire de l'immigration ont démissionné en expliquant leur geste, rien à ajouter à leur analyse.

Samedi 7 février 2009 à 14h se tient un rassemblement devant le parvis des Droits de l'Homme de Bordeaux (tram ligne B, rue des Frères Bonnie n°30), dans le cadre de la Journée nationale de mobilisation contre l'enfermement des étrangers dans les Centres de rétention administrative.

Publié dans En France...

Commenter cet article