L'apolitisme centriste

Publié le par PR


Enfin Cazabonne vint ...
dans la tribune libre du groupe majoritaire de « Cité Mag », le nouveau « journal ambiance Talence », daté de février-mars 2009, pour demander « à la Poste de revoir sa copie » au sujet du bureau Bagatelle, rue Robespierre. Ce bureau est fermé depuis le 1er novembre 2008 !

Pourtant il était informé bien avant tout le monde, puisqu'il était destinataire d'un courrier daté du 2 septembre, faisant référence à un précédent courrier daté du 15 juillet qui l'alertait sur les « dangers de la politique menée par la Poste, notamment avec le changement de statut de l'établissement public en société anonyme ce qui se traduirait inexorablement par un recul et une dégradation des prestations offertes aux citoyens ». Dans ce nouveau courrier du 2 septembre, M. Cazabonne était informé que la Poste envisageait:
des réductions d'horaire concernant le bureau de Poste de Talence principal,
la transformation du bureau de proximité de Bagatelle en agence postale (tous les frais de fonctionnement de ce bureau seraient à la charge de la commune).

Comme ces courriers émanaient du Syndicat CGT des Activités Postales et de Télécommunications de la Gironde, notre maire centriste n'en a pas tenu compte !

Malgré la mobilisation des habitants du quartier, bientôt relayés par des citoyens talençais à travers la constitution d'un comité talençais de défense des services publics, M. Alain Cazabonne persistait dans son autisme. Lors de la manifestation du 7 novembre 2008 devant la poste centrale de Talence, il déclarait : « je ne peux rien faire devant une décision d'entreprise » (Sud-Ouest, 8/11/2008).

Grâce aux arguments des délégués du comité de défense lors de l'entrevue qu'il nous a accordée le 18 décembre, M. le Maire a fini par dire:
- qu'il se prononce contre la privatisation de la poste
- qu'il interpellera la directrice régionale pour qu'elle reconsidère sa position et demande une réouverture, (même partielle)
- qu'il se mettra en rapport avec les membres de la commission territoriale de la présence postale
- qu'il est pour voter un voeu au prochain conseil municipal
- qu'il est d'accord pour que la pétition soit présentée à tous les élus lors du prochain conseil municipal.

Contre le souhait des conseillers municipaux UMP, comptant pour la moitié de sa majorité, M. le Maire a dû soutenir la motion de soutien à la défense du service public de la Poste et demandant la réouverture du bureau Robespierre. Après une tentative de modification du texte ayant pour but de le vider de son contenu de défense des services publics, il a dû subir une demande de suspension de séance présentée par les élus de l'UMP, qui ont fini par voter un texte comportant:
«Le conseil municipal de Talence, réuni ce jour à Talence, tient à affirmer son opposition et son indignation face à la fermeture du bureau de poste Bagatelle, prémisse dans notre commune de la privatisation rampante du service public de la Poste.[...]  Depuis plusieurs années la dégradation du service public se poursuit : manque de personnel dans les quartiers populaires des villes, fermetures de bureaux ruraux et de certains bureaux de quartiers en milieu urbain. Nous nous engageons à tout mettre en œuvre pour défendre un service public d'intérêt général, auquel les Talençais sont attachés et que nous voulons voir garanti équitablement sur tout le territoire national. »

Cependant, malgré l'accord de M. Cazabonne pour faire signer la pétition des citoyens par les membres du conseil municipal, un exemplaire de celle-ci mis en circulation pendant la séance du 19 janvier a mystérieusement disparu ! Gageons que l'élu qui l'a, par inadvertance, emporté parmi ses dossiers, ne tardera pas à nous le faire parvenir, dûment paraphé par tous ses collègues de la majorité.

Bref, comme on le voit, la manœuvre politicienne est difficile: comment un élu local centriste de conviction (?) et membre du parti de M.Bayrou, élu depuis toujours grâce au soutien sans faille de la droite (en particulier du maire de Bordeaux Alain Juppé), peut-il répondre à une demande légitime de défense de leurs intérêts émise par ses concitoyens et administrés, lorsque celle-ci met en cause les fondements de la politique générale soutenue par son parti ou ses alliés politiques ?
On voit bien le dilemme: d'un côté les citoyens tiennent à la sauvegarde de leurs services publics, et sont soutenus dans cette démarche par les partis de gauche, de l'autre les partis de droite qui ont permis pour l'essentiel la réélection de M. Cazabonne prônent au gouvernement la privatisation de ces mêmes services publics !

Finalement
M. Cazabonne échappe à la schizophrénie grâce au subterfuge habituel: l'apolitisme.
Il suffit, même avec trois mois de retard, de faire croire qu'on s'occupe du problème en disant qu'il n'est pas politique mais technique, avec énergie (« Deux mois après le déploiement des offres de substitution visant à compenser la disparition de ce bureau, force est de constater qu'elles ne permettent pas de répondre totalement à la demande des habitants du quartier... ») et de suggérer une solution de compromis local.

Naturellement les citoyens, échaudés, ne sont plus dupes.

par Benoît Bergeon

Publié dans Poste Robespierre

Commenter cet article

Benoit Bergeon 15/02/2009 19:07

Ce commentaire m'est inspiré par une remarque qui m'a été faite en privé, concernant l'utilisation du terme "autisme" que j'ai utilisé pour qualifier l'attitude du Maire.Je veux m'excuser de cette utilisation abusive et déplacée qui peut blesser les parents d'enfants atteints de cette maladie.M. Cazabonne n'a en effet pas l'excuse de la maladie pour se dédouaner de son devoir d'écoute de ses concitoyens.