Défense des services publics

Publié le par Nicole Gayet

Hier soir nous avons organisé une conférence-débat sur la défense des services publics, quatre intervenants et pas mal d'interventions de la salle. Une réunion intéressante ou nous avons pu faire un retour en arrière la notion de service public, l'histoire de France Télécom et la mobilisation contre la fermeture de notre poste de quartier pour mieux comprendre le présent : la privatisation de la poste et la menace qui pèse sur d'autres services publics : l'éducation, la santé notamment.


Nicole Gayet a exposé l'histoire  du combat contre la fermeture de la petite poste Robespierre qui est  à l'origine de la création du comité talençais de défense des services publics. Un témoignange émouvant,ons faire partager,  voici le texte qui a servi de base à son exposé.

 


 

LA PETITE POSTE ROBESPIERRE : UNE FERMETURE INJUSTE

UN COMBAT QUI NE S’ESSOUFFLE PAS !


Elle est située Rue Robespierre et elle est devenue un symbole. La petite rebelle de la rue Robespierre n’a pas fini de faire des vagues et comme on peut le constater aujourd’hui elle n’a pas dit son dernier mot! Au départ, c’était un pavillon témoin, elle était devenue agence postale en 1982.

 

26 ans de bons et loyaux services et malgré cela, le 1er novembre 2008, sans qu’il y ait eu de concertation ni d’information préalables, les habitants du quartier furent mis devant le fait accompli : la fermeture de leur petite antenne postale de proximité.

 

Directement concernés par cette fermeture, les résidents du Quadrige lancèrent une pétition.Très rapidement, la Coorcital, les partis d’opposition et les syndicats permirent d’amplifier cette action. Un Comité Talençais de Défense des Services Publics fut créé.

 

Dans un premier temps 300 signatures furent réunies auxquelles s’ajoutèrent   800 autres qui furent remises le 7 novembre, lors d’un rassemblement à la poste centrale de Talence au directeur de la poste. La dynamique était en marche.

 

Le 19 juin  lors d’un nouveau  rassemblement à la poste centrale de Bordeaux Mériadeck,  2500 signatures étaient remises à la direction  de la Poste. Noël Mamère, député, Gilles Savary, conseiller général qui représentait Philippe Madrelle et Jean Jacques Paris, conseiller général s’étaient déplacés pour soutenir cette manifestation.

 

Le 14 janvier 2009,  fut un point d’orgue dans ces actions, la petite antenne postale Bagatelle est transformée, « emballée », « affranchie » comme ce fut écrit dans la presse ! Par les soins du Comite Citoyen de Talence, notre petite héroïne est devenue une énorme enveloppe blanche avec son timbre et son cachet !  Rassemblement convivial autour d’un thé bien chaud, et  sursaut de vie, ce jour là.

 

Pas de réouverture à ce jour mais le combat continue : présence au marché, rassemblements, courriers, tracts, manifestations en tous genres se sont succédés ; sans effet immédiat pour le moment mais sans que rien ne vienne altérer les énergies mises en mouvement et la volonté  de défendre les services publics.

 

Les Talençais se sont beaucoup mobilisés et lors de la Votation Citoyenne du 3 octobre dernier,  les résultats furent édifiants : 1937 bulletins recueillis dont 1894 contre la privatisation.  

 

Au cours des actions menées, nous avons pu rencontrer des responsables de la poste, à Talence et à Bordeaux et nous  avons  défendu nos arguments :

- Nous avons fait valoir que le quartier Est dont fait partie le quartier Robespierre est très densifié, que les constructions se poursuivent à grande allure, que la population est âgée et vieillissante, que les habitants ont besoin de services de proximité.

- D’autre part l’accès au centre ville n’est pas pratique, il est difficile de s’y  garer.

- Enfin tout simplement nous réclamons un service public qui doit maintenir un lien social dans les quartiers, nous réclamons un service public qui oublie le souci de rentabilité pour avoir le souci du service rendu aux usagers.

   

Ce fut un dialogue de sourds car les responsables de la Poste  nous opposèrent les obligations de la concurrence, la rentabilité nécessaire, l’amélioration de l’accueil à la poste centrale (ce qui revient à déshabiller Pierre pour habiller Paul) et le manque de moyens en général.

    

Aujourd’hui, celle qui fut l’agence postale de Bagatelle, alias la petite poste Robespierre ne connaît plus que la froideur du béton mais au creux de son quartier, elle reste le symbole d’un combat héroïque, tenace et populaire. Et qui n’est pas terminé !

 


Publié dans Poste Robespierre

Commenter cet article

clemetine 24/01/2010 20:40


salut,
je tenais a vous remercier pour cela, et j'espere que vous aller continuez ainsi


PR 25/01/2010 23:11


Merci à vous pour cet encouragement! Nous sommes en train de réfléchir aux suites à donner à cette action et nous comptons bien continuer! Il y a la poste bien sûr, mais tous les services publics
sont en danger, l'éducation, la santé etc. Merci de votre soutien.