Echo du conseil

Publié le par PR

!cid E909B482396744888D8C9BC48DA2E772@PCdeAlainLe Conseil de jeudi dernier a été vite expédié et suivi d'une galette.  Juste avant d'entamer l'ordre du jour, Monsieur le Maire nous a donné l'information suivante:  le citoyen Suys, qui a fait une lettre ouverte à Monsieur le Maire dont les conseillers ont eu une copie dans leur boite aux lettres à la mairie, aura une réponse à la dite lettre.

Rien de bien palpitant pendant ce conseil. Il a été question des délégations du Maire, qui lui  sont conférées en début de mandat pour qu'il puisse prendre des décisions et engager la commune en dehors des délibérations. La majorité souhaite ajouter la possibilité pour le Maire de pouvoir se constituer partie civile pour la commune.

Sans plus d'informations, la question se pose pourquoi l'on souhaite aujourd'hui rajouter cette délégation précise,  alors que cela fait plus de dix ans que Monsieur le Maire est Maire. lI convenait donc de s'interroger sur l'élément déclencheur parce qu'il est évident qu'il y en avait un.
 
Si l'élément déclencheur semble être la constitution de partie civile pour des dégradations matérielles,  comme nous l'a affirmé Monsieur le Maire, est-ce que cette délégation ne peut pas aussi s'appliquer à d'autres causes dont le conseil apprendra l'existence seulement une fois  la décision de se porter partie civile prise? Les éclaircissements de notre édile ne nous ont pas convaincu, aussi nous nous sommes abstenus.

Le point le plus important était constitué bien sûr par les orientations budgétaires mises au débat. Je vous passe le détail, 'c'est la crise, faut faire des économies, mais les impôts n'augmenteront pas cette année' - chouette puisqu'ils ont augmenté l'année dernière et à Talence ils sont parmi les plus élevés de la CUB.

B.Conte a fait des remarques pour notre groupe que vous trouvez ici. Dans cette délibération nous apprenons également: "Les incertitudes financières qui en découlent (de la faible progression des dotations actuellement prévue dans le projet de loi de finance 2010 ndlr) nous ont conduits à programmer le vote du Budget Primitif le plus tard possible, en février 2010."
 
Si tard dis-donc, ça veut dire que l'année dernière nous étions presque hors course et les incertitudes devaient être terribles puisque le budget primitif a été voté le 31/03/2009 - date limite légale pour ce vote (
article L. 1612-1, L. 1612-2, L. 1612-8 et L. 1612-9 du CGCT) !

C'est vrai que la gestion semble prudente, tellement prudente qu'aucun projet n'apparaît, aucune vision d'envergure pour le développement de la ville, mais une vue à très court terme. Une gestion au jour le jour donc pour notre petite entreprise municipale.

Nous apprenons aussi que la commune doit dégager de l'autofinancement et que "cet autofinancement pourra être conforté par la cession d'une partie de notre patrimoine non affecté à un usage public". A notre question : quels sont donc les bijoux de famille qui seront peut-être vendus  - vraisemblablement à des promoteurs pour dégager des sommes conséquentes - nous avons eu droit à une réponse évasive sur des délaissés de terrain à droite et à gauche. Combien de délaissés de terrains font partie de notre patrimoine et permettent de conforter l'autofinancement ? A voir.

Publié dans Conseil Municipal

Commenter cet article