Echo du conseil et prairie Bel Air

Publié le par PR

!cid E909B482396744888D8C9BC48DA2E772@PCdeAlain 

 

C'était du rapide au dernier conseil du 8 juin et quel unanimisme! Faut dire que les sujets manquaient singulièrement de peps: 15 points seulement à l'ordre du jour dont la mise à la réforme de véhicules : la mise à la casse des veilles R4 et autres anciennetés (quoique la xantia n'était peut-être pas si vielle que ça), bail entre le centre Hospitalier Charles Perrens et la ville, tarifs d'occupation du Domaine public à l'occasion de travaux et désaffectation et vente de documents des médiathèques.


Le samedi 11 septembre prochain les médiathèques et bibliothèques de la ville mettrons en vente quelques 5000 documents, le prix est fixé à 1 euro, (3 euros si le prix initial était supérieur à 50 euros)! Une aubaine et une très bonne affaire qui a connu un grand succès l'année dernière.


Seul élément intéressant, la question orale de Monique de Marco sur la prairie Bel Air :

 L’aménagement de la prairie Bel-air nous amène à nous interroger sur l’instrumentalisation de la  démocratie participative à des fins mercantiles.

Etait-il bien nécessaire de demander autant d’efforts aux populations impliquées dans cette  pseudo concertation ?  Puisque, en définitive, votre projet  final s’éloigne de l’intérêt général : conserver un espace vert public à usage collectif.


Autant dire qu'ils n'ont pas aimé! Notre question était soi disant "désobligeante pour les citoyens ayant participé à l'atelier d'urbanisme" et vraiment ce n'est pas gentil de se prendre aux pauvres citoyens! Oui, mais plusieurs citoyens ayant participé à l'atelier nous ont fait part de leur réflexion et notamment des pressions ressenties pour bien vouloir prendre en compte qu'il fallait quand même lotir ce terrain, parce que : il faut densifier pour éviter de prendre la voiture, il faut penser au vieillissement de la population, on manquera de structures d'accueil etc. etc. Ce discours fait oublier, comme toujours, que Talence est la ville la plus dense de la CUB, et que pour rester vivable pour les habitants il faut sauvegarder les espaces et réflechir à leur valorisation autre que par le béton.

 

Au final, l'atelier d'urbanisme avait présenté trois hypothèses, que vous trouvez sur le site de la mairie, correspondants à trois philosophies différentes. La mairie, elle, a proposé un tout autre projet aux habitants lors du conseil communal du mois d'avril, également accessible sur le site.


Dans la présentation finale de l'atelier d'urbanisme, un chapitre est consacré aux "tendances ressenties dans le quartier pour l'usage des espaces", sous le point "éviter à tout prix" on peut lire : densification forte des espaces et privatisation complète de morceaux de ville. Il se trouve qu'un des participants à l'atelier a fait un compte rendu des différentes séanes de travail et vous pouvez lire ses conclusions sur son blog.

 

En resumée, le projet retenu pour la prairie correspond parfaitement à ce que les habitants souhaitaient éviter:  la moitié de la prairie sera vendu à un gestionnaire privé de maisons de retraite (Orpea), un quart sera vendu à un promoteur pour construire quatre maisons individuelles et sur le dernier quart on plantera peut-être un arbre avec un banc. En contre partie la mairie rachète la propriété Nadal, petit espace avec des arbres, qui sera 'aménagé'.

 

La plus grande partie de ce terrain public sera donc vendu au leader national du marché secteur de la dépendance: Orpea, opérateur privé, côté en bourse et qui investi dans des lits pour personnes âgées dépendantes. Un marché florissant pour cette entreprise à en croire les chiffres glânés sur Wikipédia : 

  • 2007 : résultat net 41,0 millions € +31,2%, chiffre d'affaires 544,6 million € +31,3%
  • 2008 : résultat net 48,4 millions € +17,5%, chiffre d'affaires 702,3 million € +29,0%, environ 25 000 lits gérés.
  • 2009: résultat net 61 millions d’euros +26,1%, chiffre d’affaires de 843,3 millions +20,1%.
  • 2011 prévisionnel : chiffre d'affaires > 1 milliards €

 

Nous pensons qu'il est tout a fait scandaleux de vendre le bien public,  propriété de tous les Talençais en somme, à une entreprise privée. Il doit bien exister à Talence encore un terrain privé qui peu servir cette cause et qui permettra la construction de cette maison de retraite?

Le terrain vague de la rue Robespierre aurait bien fait l'affaire, manque de pot un promoteur y réalisera bientôt une opération immobilière. Trop tard aussi pour un terrain rue Robespierre, juste derrière Bagatelle, les immeubles seront bientôt livrés.

 

Densifier en comblant tous les vides, voilà une politique qui va à l'encontre de la qualité de vie  des Talençais, mais qui fait depuis longtemps le bonheur des promoteurs dans notre commune.

 

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Publié dans Conseil Municipal

Commenter cet article

Aline 28/06/2010 15:38



Bonjour,


Suite au petit encart que j'ai lu dans le n° 11 concernant l'atelier d'urbanisme Bel Air et dont j'ai fait partie, je tiens juste à préciser qu'au début tout le monde était d'accord pour
sauvegarder les espaces verts de Talence et je pense qu'en toute bonne foi, c'était le moteur principal des participants. Or, il est vrai que nous avons été partagés en petits groupes et que nous
avons subi une pression importante qui était de nous convaincre qu'il fallait à tout prix "densifier" l'espace. En ce qui me concerne, j'ai lutté personnellement pour sauvegarder le "petit bois"
en face de Clément Thomas. J'ai beaucoup entendu le terme "crottoir" concernant ces espaces verts et ayant eu un chien, je sais qu'il est nécessaire de les laisser gambader librement de temps en
temps. Le résultat concernant la prairie Bel Air est décevant et ce n'était pas le souhait des participants et je dis bien des participants dans leur ensemble et non pas d'une seule personne
comme le témoignage paru dans votre journal semble le dire. Je m'y suis beaucoup promenée il y a quelques années avec mon chien (je n'osais pas trop le dire durant l'atelier car les propriétaires
de chiens étaient fortement culpabilisés) ; des jeunes y jouaient au ballon ; des vieux s'y promenaient et s'asseyaient sous les arbres qui sont alignés au fond de la prairie ; bref, c'était
sympa parce que c'était libre, crottoir ou pas.


Bien cordialement,


Aline PARISON



PR 28/06/2010 23:20



Merci beaucoup Aline pour ce témoignage qui illustre bien les difficultés d'une telle démarche. Dans ces conditions le projet final ne reflète pas vraiment la 'volonté des habitants' il me
semble.


Petra Rosay



Alain 26/06/2010 14:36



Dans le journal citoyen DAZIBAO N° 11 vous pourrez lire en page 2 le témoignage d'une participante à ces fameux ateliers d'urbanisme :


http://dazibao.talence.over-blog.com/ext/http://adecats.free.fr/dazibao.html



PR 26/06/2010 16:57



Merci Alain de l'avoir indiqué!