Intervention en conseil municipal sur la vente de la prairie Bel Air

Publié le par PR

!cid E909B482396744888D8C9BC48DA2E772@PCdeAlainConseil municipal très animé ce soir, sous une chaleur accablante qui a fait s'échauffer les esprits autour de la délibération n°5 : Déclassement du domaine public et cession d’une partie de la parcelle AX 106 sis rue Georges Pompidou.


Rien que 1h30 de d'interventions et de débats pour venir à bout de cette question! Juste avant le conseil les amis de la priairie Bel Air manifestait devant la salle du conseil leur mécontentement quant à la destruction annoncé de cet espace unique à Talence. 


Il ya beaucoup de choses à dire sur les interventions des uns et des autres, sachez juste que le vote a été nominatif et chaque conseiller a dû dire de haute voix s'il était pour ou contre le déclassement et la vente à la société Orpéa. Sans surprise le vote a donné le résultat suivant : 30 pour et 9 contre! Avant de faire un compte rendu plus détaillé, voici mon intervention qui résume les raisons de notre opposition à ce projet et qui a été détaillée ensuite dans les interventions de Monique de Marco et de Stéphane Ambry.


 

Monsieur le Maire, chers collègues,

 

La ville de Talence est depuis longtemps la championne de la densification de toute la Communauté urbaine de Bordeaux: pour mémoire je vous rappelle qu’à Talence la densité de population est de : 5073 hab./km², elle est de 4840 à Bordeaux, de 2855 à Lormont; de 1496 à Gradignan et de1389 à Mérignac.


Cette densification voulue nous entraîne dans un cercle vicieux en augmentant inexorablement la pression foncière, et c'est dans ce contexte que vous vendez un bien communal, - quand vous aurez vendu le dernier terrain appartenant à la commune, comment allez vous trouver les réserves foncières pour les équipements publics indispensables dans le futur? Comment ce projet s'inscrit-il dans votre politique foncière? Quelle est votre politique foncière?  

 

Votre projet global sur le secteur se targue de suivre les vertus du développement durable, mais le développement durable ne se limite pas à économiser l'eau, à éteindre les lumières derrière soi, à morceler les terrains communaux pour créer des petites pelouses à droite et à gauche ou à planter 1500 arbres.

Le développement durable exige de penser la ville de demain et de la penser autrement : cette ville, très dense, doit faire une place à la préservation des espaces naturels quand ils existent, à la préservation de la biodiversité en milieu urbain, elle doit offrir une proximité de lieux naturels, de lieux récréatifs et de découverte qui ne se limitent pas à la taille d'un square avec un banc et un arbre planté à côté; elle doit réflechir à leur valorisation, pour créer du lien social dans les quartiers.


Monsieur le Maire, vous voulez vendre ce terrain publique d'1ha, propriété de tous les Talençais, à une entreprise privée – entreprise côté en bourse avec un rendement de 14% par an – et qui investit dans le marché très juteux de la dépendance de nos aînés, et vous le cédez, à nouveau, à un prix ridiculement bas, 332 euros le m², qui ne correspond en rien aux prix pratiqués sur la commune.

Il est vrai que la construction d'une maison de retraite avec unité Alzheimer paraît politiquement plus correcte que la construction de résidences hôtelières en défiscalisation - sous couvert d'une réponse au problème du vieillissement de la population, vous dépouillez la commune d'un des derniers espaces naturels de taille conséquente et vous permettez ainsi à une entreprise privée de gagner de l'argent avec la propriété publique.  

Enfin, vous dites qu'il s'agit d'un projet d'intérêt général, peut-être, mais ce projet sert en premier lieu l'intérêt des actionnaires et ensuite ceux qui auront les moyens de payer une chambre dans cette maison de retraite, - la majorité des Talençais est perdant à longue terme.

Monsieur le Maire selon l'article L2241-1 du code des collectivités territoriales « Toute cession d'immeubles ou de droits réels immobiliers par une commune de plus de 2 000 habitants donne lieu à délibération motivée du conseil municipal portant sur les conditions de la vente et ses caractéristiques essentielles. Le conseil municipal délibère au vue de l'avis de l'autorité compétente de l'Etat. Cet avis est réputé donné à l'issue d'un délai d'un mois à compter de la saisine de cette autorité. »

De  quelle autorité compétente de l'Etat s'agit-il? Où est l'avis en questions au vue duquel nous devons délibérer?*

 

 

 

*Pour votre information, voici l'article L2241-1 du code des collectivités territoriales en entier:

Le conseil municipal délibère sur la gestion des biens et les opérations immobilières effectuées par la commune, sous réserve, s'il s'agit de biens appartenant à une section de commune, des dispositions des articles L. 2411-1 à L. 2411-19.


Le bilan des acquisitions et cessions opérées sur le territoire d'une commune de plus de 2 000 habitants par celle-ci, ou par une personne publique ou privée agissant dans le cadre d'une convention avec cette commune, donne lieu chaque année à une délibération du conseil municipal. Ce bilan est annexé au compte administratif de la commune.

Toute cession d'immeubles ou de droits réels immobiliers par une commune de plus de 2 000 habitants donne lieu à délibération motivée du conseil municipal portant sur les conditions de la vente et ses caractéristiques essentielles. Le conseil municipal délibère au vue de l'avis de l'autorité compétente de l'Etat. Cet avis est réputé donné à l'issue d'un délai d'un mois à compter de la saisine de cette autorité.

Publié dans Conseil Municipal

Commenter cet article