Manifeste du CLEJ : Collectif libertés, égalité, justice

Publié le par PR

Sur le site du syndicat de la magistrature le manifeste d'un collectif crée en 2007et  dont il est question dans un article du journal Libération aujourd'hui.

Voici leur manifeste :

Contre la régression sécuritaire
Renouer avec la liberté, l’égalité, la justice
 
 
 
Le totalitarisme ne tend pas à soumettre les hommes à des règles despotiques,
mais à un système dans lequel les hommes sont superflus

Hannah Arendt, Les origines du totalitarisme
 
 
 
Organisations  et  citoyens  d’horizons  divers,  nous  sommes  réunis  pour  tenter  d’élaborer  un discours  et  des  actions  alternatifs  au modèle  régressif sécuritaire  aujourd’hui  à  l’œuvre  dans  la plupart  des  démocraties  occidentales.  Nous  avons  l’ambition  de  porter  une  analyse  globale  sur l’évolution en cours. Nous ne pouvons nous  satisfaire d’une  société qui, depuis plusieurs années, démantèle  l’Etat  social et  renforce  sans  cesse  l’Etat  pénal ;  une  société  dans  laquelle  le mode  de régulation n’est plus  social mais punitif et où  l’outil pénal est utilisé au  lieu et place de politiques sociales,  sanitaires,  éducatives.  Nous  refusons  une  société  qui  perçoit  une  partie  de  ses  enfants comme une menace qu’il conviendrait de juguler par un recours accru à l’enfermement, en revenant un demi-siècle en arrière.
 
Nous nous revendiquons des droits de l’homme et du citoyen appliqués à tous, de la responsabilité citoyenne reconnue à tous, de la sécurité des personnes assurée par une action publique basée sur des  dispositifs  démocratiques  développant  droits  et  devoirs  de  chacun  et  de  tous,  des  pratiques sociales axées sur la dignité des personnes.
 
Un devoir collectif s’impose tous  les  jours davantage : s’opposer aux référentiels « scientifiques » d’appui  aux  politiques  sécuritaires  et  néolibérales  ainsi  que  l’instrumentalisation  des  dispositifs d’aide ; aider les travailleurs sociaux, les professionnels de santé, les enseignants, les personnels du monde  judiciaire  à  s’en  préserver  et  à maintenir  une  éthique  et  une  politique  de  justice.  Nous saluons  ici comme exemplaires des  luttes  récentes aussi diverses qu’essentielles : Pas de  zéro de conduite,  la  mobilisation  contre  le  fichage  systématique  de  pans  entiers  de  la  population  et notamment  des  enfants  à  travaers  le  fichier  « base-élèves »,  le  refus  de  la  caporalisation  des psychanalystes  et  psychothérapeutes,  le collectif  « anti-délation » contre  la  loi  de  prévention  de  la délinquance, la lutte du Réseau Education Sans Frontières, les grèves et luttes contre les remises en cause des droits sociaux et du droit du travail, la mobilisation contre les peines-planchers ou contre la loi «rétention de sûreté ».
 
Nous devons (re)faire un travail de délimitation et de différenciation des concepts et mots devenus passe-partout  (liberté,  justice,  droit,  sécurité,  responsabilité,  soin, …).  Nous  nous  engageons  à partager publiquement nos débats, nos élaborations, nos différences.
 
Nous nous engageons à la mutualisation de nos moyens de recueil et de diffusion des informations, à la synergie de nos actions et prises de position, au soutien aux luttes, oppositions et résistances, à des démarches concertées auprès des pouvoirs publics, des élus, des media, à  la mise en place et l’animation de débats, d’œuvrer collectivement pour renouer avec la liberté, l’égalité et la justice.

Publié dans En France...

Commenter cet article