Non à la vente de la prairie Bel Air

Publié le par PR

DSC00098.JPGLe conseil municipal du 8 juillet a été chaud, dans tous les sens du terme! C'était la délibération n°5 qui était la plus attendue.

Devant la porte du conseil, plus d’une trentaine de personnes ont manifesté leur mécontentement quant au déclassement et à la vente du terrain public de la prairie Bel Air. Contrairement à ce qu’affirmait Alain Cazabonne dans l'article du sud ouest paru samedi 10 juillet, ce ne sont pas toujours les mêmes, et s’il avait regardé de plus près il aurait pu s’en apercevoir, mais c’est ce qu’il faut faire croire qui est important.

La majorité avait bien sûr anticipé nos interventions  en conseil et ils étaient bien sûr au courant de la manifestation devant la mairie.  D'où la longue introduction ‘pédagogique’ de François Jestin sur l’atelier d’urbanisme, les trois scénarios proposés et le projet choisi par la majorité.

Le but de la manœuvre était bien sûr d’exposer, devant les manifestants qui avaient rejoint la salle du conseil, tout le bien fondé du projet, la prise en compte de la parole des riverains, du développement durable et surtout la nécessité de la réalisation d'une maison de retraite au vu du vieillissement de la population. Le projet retenu ressemble un peu à un des scénarios élaborés, celui qui construit sur la quasi-totalité de la prairie. Je ne sais pas pourquoi, depuis le début de cette affaire j’étais sûr que c’est ce scénario là qui allait être choisi ! 


On joue alors sur le fait que le projet reprend « les souhaits » des habitants : un équipement public! Et voyez un équipement public sera construit, il est d’intérêt général, parce qu’il faut bien en construire des maisons de retraite puisque nous vivons plus vieux et nous serons de plus en plus dépendants, c’est de notoriété public voyons ! Comment peut-on s'opposer à une logique aussi élémentaire? Soit dit en passant, l’équipement public souhaité était un équipement public, alors qu’ici on nous vend un équipement privé. DSC00099.JPG

 

Monsieur Jestin insiste lourdement sur l'intérêt collectif ou l'utilité publique ou l'intérêt publique je ne sais plus, il  reste qu'il s'agit d'une opération immobilière du secteur privé pour une maison de retraite privée. Ce qui n'est pas un problème en soi, le problème c'est de faire croire le contraire.


Le jeu au conseil municipal, consiste souvent à dénigrer les arguments de la minorité, de faire semblant de ne pas comprendre, de jouer les vierges effarouchées et toujours d’utiliser l’attaque comme  le meilleur moyen de défense. Là il fallait s’entendre dire que nous ‘faisons de la politique politicienne’, alors que notre Maire est très doué pour la chose, et vraiment qui sommes nous pour ne pas se soucier du sort des personnes âgées en fin ! Parce que vous comprenez, on ne peut pas laisser les personnes âgées de Home Latour (maison de retraite privée qui fermera ses portes pour cause de vétusté et dont les lits ont été racheté par Orpea) s’en aller, fallait bien trouver un terrain et vous, vous êtes toujours contre mais vous ne proposez jamais rien !

 

Oui, mais pourquoi cette entreprise ‘rachète’ seulement les lits et non pas les murs pour rénover la maison de retraite sur place ? Bon il se trouve que cette maison a été classée en demeure remarquable et faire des travaux en respectant matériaux d’origine etc. a peut-être un coût, et alors ? Pourquoi on s'aperçoit aujourd'hui qu'il faut des maisons de retraite sur Talence, alors que le vieillissement de la population on le connaît depuis belle lurette? Pourquoi ne pas alors avoir anticipé 'ce besoin'? L'emplacement Tillou aurait pu servir à cette maison de retraite, une transaction entre deux entreprises privées, mais peut-être le terrain aurait-il été plus cher que notre terrain communal? Pourquoi ne pas chercher du côté des terrains de Peybouquet?


Toutes ces attaques sont soutenues par une autre stratégie courante qui fait appel au contre-exemple : ce n’est pas de notre faute, nous aurions bien voulu d’une maison de retraite publique, mais c’est le conseil général qui ne donne plus d’agréments ! Des maisons de retraites comme ça il s’en construisent à...suivi d’un certain nombre de nom de villes dirigées par la gauche !

Ou encore, ‘moi-même j’ai ma mère/mon père/ma grand-mère... à la maison, je connais bien le problème’, et fort de ces connaissances approfondies de la dépendance et de la problématique du vieillissement de la population il faut bien sûr déclasser un terrain communal pour le vendre, à un prix très bas,  à un gestionnaire de maisons de retraite côté en bourse avec un rendement de 14% par an. CQFD


 DSC00085L’argument de la densification n’en est pas un pour notre majorité puisqu’ils ne font que suivre les décisions prises à la CUB, le crédo universel de la densification pour lutter contre l'étalement urbain et réduire les consommations de carburants et la polution. Ils sont convaincus que c’est la seule et unique bonne marche à suivre puisqu’après tout ‘chez nous c’est bien moins dense que dans certains quartiers de Bordeaux ou de la ville X’, c’est aéré et très vert! Contre-exemple vous dis-je.


C'est qu'ils ne comprennent pas c'est l'enjeu pour demain, pou l'avenir des villes. Ces villes, certes plus denses, doivent se ménager des espaces de liberté, de 'vide,' pour d'autres usages que la simple balade dans un parc. Ces espaces communaux peuvent être mis en valeur pour créer du lien social et favoriser des activités nouvelles dans les quartiers, comme des jardins partagés ou pourquoi pas un maraîchage de proximité, il n'est pas interdit d'anticiper sur ce qui va se passer dans le futur. La vente de ce terrain, qui appartient à tous les Talençais, détruira un écosystème - et oui Monsieur le Maire ce n'est pas parce que ce n'est pas boisé que ça ne sert à rien - et un espace de recréation.

 

Je ne vais pas insister sur l'aspect de la vente à la société ORPEA. La maison de retraite est présentée forcément comme une bonne oeuvre pour les personnes âgées, et toute  critique recolte des réactions offusquées et nous fait apparaître comme des êtres sans coeur! Avant de vous sentir coupable, vous aussi, vous devriez vous renseigner sur l'investissement en EHPAD, les louers en meublé professionnel, et toutes ces bonnes affaires en défiscalisation, récupération de la TVA, rendement garanti etc etc, du buisness qui ressemble point par point aux investissements immobiliers des résidences hôtelières avec services par exemple. 


Les personnes âgées, dépendantes ou pas, sont devenues depuis longtemps un marché lucratif pour qui veut gagner de l'argent, beaucoup d'argent, et il ne s'agit pas de faire du social ou de faire appel à la solidarité comme on aimerai nous le faire croire.

 


Publié dans Conseil Municipal

Commenter cet article