Non au déclassement et à la vente à un opérateur privé de la prairie Bel Air à Talence, espace naturel public inestimable niché au coeur de notre ville.

Publié le par PR

La mairie de Talence lors du prochain conseil municipal jeudi 8 juillet 2010 veut procéder à la vente de la majorité de la prairie Bel Air, rue Georges Pompidou, espace public ouvert à tous, que nombre d'habitants (notamment lors des ateliers d'urbanismes pilotés par la mairie) souhaitaient voir conservé comme espace naturel dans son intégralité.
 
Cette opération immobilière qui vise à la construction d'une maison de retraite privée est le n-ième découpage d'espaces publics verts pratiqué par la mairie dans sa logique d'hyperdensification de Talence (voir en particulier celui du bois Laffite et d'une partie du square Robespierre pour ne citer que deux exemples très récents). Cette logique de destruction systématique des derniers espaces verts de la commune devient insupportable.

Nous appelons aujourd'hui les Talençais à se mobiliser et manifester avant le conseil municipal pour dans un premier temps, empêcher cette vente express d'un bien public au cours des vacances d'été,  en exigeant de M. Le Maire une enquête publique indispensable au déclassement de cette parcelle, et  dans un second temps, pour construire un projet collectif qui respecte dans sa totalité le caractère public, ouvert et naturel du site.

Nous pensons que le projet de la mairie conduirait à une perte irrémédiable d'un espace inestimable pour deux raisons:  Premièrement, cette opération contribue à la privatisation des derniers espaces publics de notre commune, espaces pourtant indispensables aux rencontres et échanges entre les habitants, et remède à la logique de solitude, d'égoïsme et d'individualisme qui s'affirme de plus en plus dans nos villes modernes. Deuxièmement, face à la densification de plus en plus forte de Talence  (une des communes de la communauté urbaine la plus dense, devant Bordeaux), les riverains ont l'absolue nécessité de disposer d'espaces larges et aérés, de  grande proximité, permettant de se reposer du bruit, de la circulation automobile, et permettant de retrouver un contact étroit avec la nature. La prairie accueille déjà une faune spécifiquement associée à cet espace ouvert et pourrait constituer un espace de forte biodiversité au sein de la ville, en particulier si un projet de jardins partagés et écologiques y était développé.
 
Enfin, les enfants comme les adultes vivant tout autour de cette prairie dans les immeubles ont certainement besoin de cet espace de liberté pour y courir, pratiquer des activités de plein air et avoir la chance de pouvoir découvrir la nature, activités que les squares généralement coincés entre deux rues ne leur offrent certainement pas.

Alors que la population humaine est désormais appelée à vivre de plus en plus dans les villes, il est donc aujourd'hui indispensable d'imaginer des villes vivables pour demain qui ménagent à proximité des habitations quelques espaces de liberté et de respiration sous peine de créer à terme un enfer de bitume, de verre et d'acier. Sauver aujourd'hui la prairie Bel Air d'un projet immobilier livrée à une société cotée en bourse est indispensable pour l'avenir de notre commune. Sa vente serait une  faute politique irrémédiable!
 
Les amis de la prairie Belair

Commenter cet article