Parking du Gaumont

Publié le par PR

2686585763_24b512d2c1.jpgDans le Sud Ouest du 27 novembre dernier, Thierry Gellé (2ème Adjoint, Développement Durable, Aménagements Urbains Espaces Verts , Patrimoine, Déplacements, Action Economique, Nouvelles Technologies) s'émeut des critiques de l'opposition, socialiste, sur le projet au centre ville et notamment de la suppression du parking du cinéma Gaumont. Il dit : « Dans cette hypothèse, la situation du stationnement serait extrêmement difficile dans le centre-ville, alors que par ailleurs, il ne nous a pas échappé que cela devait être géré de manière plus large afin, notamment, de supprimer les voitures "ventouses". C'est à cette fin que nous avons désigné un bureau d'étude spécialisé en septembre 2009. Quatre réunions de travail ont été organisées, avec deux représentants de l'opposition (Mmes Rosay et Blanchard), les présidents des conseils communaux et les associations de commerçants. Le projet sera présenté aux conseils communaux. »


Puisqu'il parle de moi, j'ai participé effectivemnt à quelques unes de ces réunions et j'ai entendu les conclusions et les propositions du cabinet en question. Conclusions qui ne nous ont pas étonnées, les places de parking au centre ville sont effectivement squattées par des voitures ventouses, des voitures qui arrivent le matin pour ne bouger que le soir, tout comme dans certaines rues du quartier Nord. Mais ce n'est pas une nouveauté! Au lieu de se garer au parking relais des Arts et Métiers, les gens préfèrent s'avancer jusqu'au Forum pour dénicher une place sur le parking du Gaumont ou de la place Espeletta et filer en ville avec le tram (s'ils y trouvent une place!).

 

Et oui c'est comme ça parce qu'on les a laissé faire !! Je dirai même qu'on a tout fait pour les inciter à utiliser le stationnement au centre ville !  A la construction du Gaumont, le Maire et son adjoint à l'urbanisme ont présenté  comme un bon point dans les négociations que la société mettais "son parking" à la disposition du public. Un deal qui a arrangé tout le monde pendant toutes ces années et dont on paie aujourd'hui le prix parce que ça fait trop longtemps que ça dure et aujourd'hui ça ne l'arrange plus du tout le Gaumont.


La fameuse zone bleu visait déjà à lutter contre les voitures ventouses et devait permettre un roulement sur les places de parking. Elle fut annoncée à grand renfort de communication, mais comme beaucoup de nos concitoyens ont très peu l'esprit civique pour ce genre de choses et que les contrôles sont quasiment inexistants, personne ou presque ne respecte cette zone au stationnement limité dans le temps.

 

Des contrôles renforcée dans la zone bleue, dès sa mise en application, conjugué à la promotion du parking relais à hauteur de l'enjeu, avec une gratuité temporaire ou d'autres incitations, aurait peut être permis de réduire le phénomène des voitures ventouses. Mais c'est trop tard, et il faut donc aller plus loin et inventer autre chose.

 

Depuis la dernière réunion du groupe de travail et des propositions du cabinet d'étude  pour résoudre l'épineux problème, j'attendais avec impatience l'annonce de la solution, mais à chaque réunion publique les adjoints éludent, tout comme le fait Thierry Gellé dans cet l'article, 'il faut en parler au conseils communaux d'abord', bref personne ose dire publiquement ce dont il a été question.

 

Le stationnement est devenu très compliqué, il y a de plus en plus de monde au centre ville, et la nouvelle résidence Teneo à côté du cinéma ainsi que les 300 logements sur le parking du Gaumont n'arrangerons rien. Donc soit on fait respecter la zone bleue, soit on fait payer, ........où alors on croit  en la bonne parole de notre adjoint fraîchement converti aux vertus du développement durable : "Nous privilégions les modes de déplacements doux et les équipements qui vont avec !"  Chiche, tout le monde à pied et à vélo !!! Qu'une partie du cours de la Libération soit réservée aux vélos !!Qu'on mette des garages à vélo sur les places de parking ! Depuis le temps qu'on attend ça !


Publié dans A Talence

Commenter cet article