Tribune Cité Mag Mars2011

Publié le par PR

DSC00016.JPG

Le règlement de publicité de la ville de Talence date de 1992. Depuis, l'urbanisation et la densification de notre cité ont entraîné la prolifération de grands placards publicitaires de 12 m2 tout au long des voies de pénétration dans l'agglomération.

En même temps sont apparues les « sucettes », panneaux de 2 m2 installés sur les trottoirs, présentés comme ‘mobilier urbain’.

Il est désormais impossible de se déplacer dans Talence sans subir cette agression visuelle à chaque rond-point, devant chaque station de bus ou de tramway, y compris à proximité immédiate de certains sites classés ou remarquables.

La nécessité de modifier ce règlement, afin de supprimer au maximum ces sources d'enlaidissement de notre cité, avait été soulignée par des associations de citoyens Talençais dès 2005, à travers une exposition au forum des associations ainsi que dans le journal Dazibao.

 

Enfin cet ouvrage est mis en œuvre par M. le Maire, mais :

  • la réflexion menée par le groupe de travail mis en place par la Préfecture à la demande de la ville de Talence doit être menée tambour battant : le nouveau règlement doit être voté avant juillet 2011 ;

  • ce groupe de travail aurait pu comporter des citoyens et des représentants d'associations de défense de l'environnement ou de proximité, ayant voix consultative (article L851-14 du code de l'environnement en vigueur)

  • la révision du règlement aurait pu impliquer, en amont, les acteurs locaux, les associations, les conseils communaux.

La date butoir du 13 juillet 2011 tient au fait qu'à partir de cette date, entrera en vigueur une nouvelle législation, issue du grenelle de l'environnement, selon laquelle la création, la révision ou la modification du règlement d'affichage publicitaire devra suivre la procédure de consultation par enquête publique du type de celle qui concerne la création, la révision ou la modification du plan local d'urbanisme (PLU).

 

On peut se demander si le choix de la précipitation n'avait pour objectif d'éviter que l'affichage publicitaire ne devienne un sujet de débat public !

 

Pourtant, les citoyens talençais sont les premiers concernés par leur environnement visuel ! Et au delà même de la défense de leur cadre de vie de proximité, ils sont, comme tous les habitants de notre planète, menacés dans leur survie par la consommation excessive des ressources naturelles et les pollutions graves occasionnées par les activtés d'une partie de l'humanité.

Notre survie, et celle de nombreuses espèces vivantes, doit nous amener à modifier notre mode de vie, en évitant tout encouragement ou incitation à la surconsommation, et en réduisant de façon significative la publicité dans notre environnement.

Publié dans Tribunes Citémag

Commenter cet article