Triste histoire

Publié le par PR

 Flick'r

4923954209_fd1b92b73e.jpgDes drôles de choses se passent dans notre commune, vous avez dû le constater. Notre premier magistrat adore tout contrôler et aime avoir des hommes, et des femmes, aux positions clé à tous les étages.

 

Fin juin, Monsieur le Maire a retiré la convention d'objectif à l'UST natation, ce qui conduit à l'arrêt de toutes les activités du club et  au licenciement du personnel.

Pourquoi ?  Parce que ni le président, président depuis de très nombreuses années,  ni la trésorière, qui a assuré l'intérim pendant l'arrêt maladie du président, ne voulaient démissionner de leur mandat, comme le leur avait demandé M. le Maire.

Vous allez me dire que les associations sont souveraines, qu'elles sont régies par leurs statuts et uniquement par leurs statuts... oui sauf quand Monsieur le Maire en a décidé autrement et que les têtes ne lui conviennent pas pour une raison ou pour une autre.

 

A l'UST natation, plus de 500 adhérents, il y a eu un problème concernant les ressources humaines, cela arrive parfois, un différend entre responsables et salariés qui aurait dû se résoudre en interne. Mais, et c'est là qu'il y a un problème, quand il s'agit d'associations financées en grande partie par la Mairie - qui est bien contente de ne pas gérer l'activité en interne pour tout un tas de raison et notamment celui de la comptabilité publique - les gens adorent aller demander au Maire d'intervenir.

 

Une minorité d'adhérents, et un salarié en difficulté avec ses employeurs semble-t-il, ont commencé à faire entendre leur mécontentement auprès de l'adjoint au sport et auprès de Monsieur le Maire pour dire tout le mal qu'ils pensaient de l'équipe dirigeante - démocratiquement élue lors d'une assemblée générale. Ensuite les choses se sont précipitées et aujourd'hui le club, tel qu'il existait depuis des années, est mort.

 

Nous avons entendu pour la première fois parler de cette histoire lors d'un conseil municipal au cours duquel l'habituelle subvention à l'UST natation ne figurait pas dans la liste des associations. A ce moment là le Maire était déjà en pleine intervention, il demandait  aux responsables de tenir une assemblée générale extraordinaire, pour faire élire un autre Monsieur - qui n'était pas membre de l'association - à la présidence de l'association, rien que ça.  

 

Pour ce faire, les dirigeants furent convoqués à plusieurs reprises à la Mairie, non pas pour discuter mais pour entendre les ordres du maire qui, s'ils n'étaient pas suivis, allaient avoir comme conséquence la dénonciation de la convention avec la mairie et donc ni plus ni moins l'arrêt des activités du Club. On dirai du chantage pur et simple ! On a même proposé au président actuel "d'être élu" à la tête d'une nouvelle association, assez épique et éminemment démocratique comme procédé vous en conviendrez !

 

Avec le pistolet sur la tempe, certains auraient peut-être suivi la demande du maire. Ce ne fut pas le cas des dirigeants de l'UST natation parce que : ils avaient été élus démocratiquement lors d'une assemblée générale par les membres de l'association, ils ont répondu aux objectifs fixés par la mairie, sur les plus de 500 adhérents une minorité était mécontente. Plus de 160 membres ont par ailleurs signé une pétition en faveur de l'équipe en place.

 

Cette minorité mécontente avait d'ailleurs fait parvenir une pétition au maire dont il nous avait entretenu lors d'un conseil pour justifier son choix de ne pas accorder une première subvention, pétition sans signatures où tous les noms étaient tapés à la machine, et certaines personnes, dont le nom figurait sur cette liste, n'étaient même pas au courant !

 

Les dirigeants de l'UST n'ont pas voulu d'une assemblée extraordinaire puisque l' AG annuelle était prévue, celle-ci aurait d'ailleurs permis aux contestataires de se présenter au conseil d'administration et de se faire élire aux instances dirigeantes pour faire changer les choses qu'ils contestaient. Mais combien de personnes ont réellement envie de donner de leur temps pour s'investir bénévolement dans une association?

L'AG a bien eu lieu, mais elle fut perturbée, et bien que les rapports moral et financier soient approuvés par cette assemblée, les élections n'ont pu avoir lieu faute de temps. 

 

Résumé de l'histoire, la convention fut dénoncée, il semblerait qu'une autre association ait été créée, à la demande du Maire sans aucun doute, ayant le bon président et un bon trésorier à sa tête et qui signera donc une convention pour l'utilisation des bassins et mettra en place les différentes activités de compétition et de loisir.


En même temps, une majorité d'adhérents a été privée d'activités depuis le 30 juin et l'association a dû procéder au licenciement de son personnel d'entraînement. Ceux qui sont restés fidèles à l'association, et à l'esprit de la loi 1901, n'ont plus qu'à s'exiler et trouver d'autres lieux pour pratiquer leurs activités comme ce fut le cas naguère pour les membres de l'association UST tennis. L'histoire se répète.


Quel gâchis !  C'est comme si une minorité du conseil municipal, ou des employés municipaux par exemple, pas contents de la gestion de l'équipe majoritaire, faisait part au Préfet de leur mécontentement - en racontant force histoires sur les agissements de l'édile et de son équipe - et que le Préfet demandait au Maire et aux adjoints de démissionner sous peine de ne plus toucher les financements de l'Etat !! Cela vous paraît aberrant ?



 

 

 

 

 

 

Publié dans A Talence

Commenter cet article